Solidarité des retraités pas pauvres avec les jeunes.
Evidemment, la décision de relever la CSG sans compensation pour les retraités ne fait pas plaisir à ces derniers.
Que je suis d'ailleurs de plus en plus près de rejoindre !
Mais sur le fond, nous avons vécu à crédit en laissant la charge du remboursement à nos enfants. François Bayrou a été un des seuls à le dire depuis longtemps qui voulait inscrire dans la constitution l'interdiction de voter des budgets en déséquilibre pour arrêter cette spirale de la dette.
Evidemment, l'après-guerre a été une période faste (les 30 glorieuses), mais les coups sont venus dès le mandat de Giscard, et aucune mesure de prudence n'a été vraiment prise par les gouvernements successifs, apeurés par la dictature de la rue manoeuvrée par certains syndicats conservateurs. Les gouvernements socialistes n'ont rien arrangés.
Toujours plus de dépenses. Les villes, régions, départements ont fait de même.
Le  "social" n'est plus géré. Le Code du travail est devenu un épouvantail à l'embauche.
Effectivement, aujourd'hui n'est plus hier, et il faut apprendre à ne plus tout attendre de la collectivité (que l'on finance) et ne plus ignorer les règles de l'économie.
Difficile après une génération facile. Nos enfants ne peuvent pas payer seuls nos dépenses passées