Je ne suis pas étonné que plusieurs investisseurs s'intéressent au château.
J'avais reçu un groupe anglais spécialisé dans la réhabilitation de châteaux qui conservaient les façades, les réhabilitaient et dans le cas présent aurait également conservé et réhabilité les escaliers et la chapelle. Des appartements auraient été aménagés dans les ailes et en façade (les parties occupées par la maison de retraite. Le départ de la maison de retraite était déjà dans "les tuyaux" (ce sera finalisé lors du mandat de M.Pruski). La DRAC n'était pas opposée sous réserve évidemment d'un projet, mais qui devait concerner l'ensemble du château pour éviter un morcellement en plusieurs activités.
Aujourd'hui, la maison de retraite est partie. Reste à savoir si la demande de logements pour amateurs de châteaux reste suffisante.
Et attendons les projets.
Je suis heureux que l'idée de la francophonie ait fait son chemin, nous avions créé un poste d'adjoint à la francophonie et tissé des relations avec les associations francophones nationales et internationales pour cela.
Nul doute que S. Bern a toutes les compétences pour la mission que lui a confié le président.
Il suffit de s'entourer d'historiens et d'architectes des monuments historiques.