la réduction des APL et la réduction de loyers que souhaite le gouvernement cache aussi une volonté de faire que les sociétés d'HLM se regroupent.
Dans l'Aisne par exemple, si cette loi est votée l'OPAL ne pourra pas survivre.
60 % de leurs locataires ont un revenu moyen de 1.000 €.
Evidemment, l'OPAL pourrait suivre le conseil du gouvernement  et vendre ses logements pour se recapitaliser.
Avec 1.000 € mensuel et avec une APL réduite ?

Il y a plusieurs années, lorsque j'étais maire, le CIL avait proposé de réhabiliter un immeuble route de Vivières et le vendre aux locataires (les mensualités étaient sensiblement égales au  loyer et l'APL continuait à aider l'achat). L'acheteur pouvait annuler cet achat les 5 premières années (si ma mémoire est bonne) en cas de problème (licenciement ...) ou de déménagement pour cause professionnelle. Un plan d'entretien était établi permettant de connaître les charges à venir.
L'équipe Pruski s'y était opposée, l'équipe Briffaut était restée muette et une partie de mes colistiers qui commencaient à entrer en dissidence s'y étaient également opposés.
Les retraités d'aujourd'hui toujours locataires seraient propriétaires si les basses manoeuvres politiques et les ambitions n'avaient pas pris le pas sur la raison.
Vous comprenez pourquoi on peut se lasser de la politique