Je viens de payer ma taxe pour l'audiovisuel.
Après une semaine de Johnnymania, elle m'apparaît plus éxagérée que jamais.
Le président Macron souhaite réduire les folles dépenses de l'audiovisuel public. Tant mieux.
Pour en revenir à Johnny, je ne m'interroge pas sur le comment survivre après sa mort.
J'ai déjà résisté à l'immolation après le décès de Raymond Devos, Pierre Desproges Jacques Brel et Georges Brassens.
Question rock, il est vrai que Johnny Hallyday a fait de bonnes reprises, dont certaines avec de supers musiciens : Joey and the Showmen.
Mais sinon, pour ma part, si je veux écouter du rock je choisis Chuck Berry, Bill Haley, Eddy Cochran, voire Elvis Presley et quelques Eddie Mitchell, Gene Vincent ou Diock Rivers.
Allez on survit !