Dramatique accident de car hier.
Ce type de catastrophe nous atteint d'autant plus que nous nous mettons à la place des familles.
Relayés par les médias ces accidents particuliers ne doivent pas nous faire oublier les morts "banalisés" (près de 3.500 l'an dernier).
Est-ce utile que des ministres se déplacent immédiatement ? Ils ne peuvent rien faire si ce n'est gêner les secours : préfet et gendarmes mobilisés pour l'accueil et la protection du ministre, personnels de secours distraits de leur tâche pour expliquer les mesures au ministre ...
D'autant qu'ils n'ont aucune autorité sur la société de cars, sur le donneur d'ordre.
Ne vaudrait-il pas mieux qu'ils restent dans leur ministère où ils seraient plus utiles; rien ne les empêchant de compatir.

Il s'agit d'un phénomène de société : la compassion active, voire médiatique.
Un président, un ministre ne peut plus ne pas aller toute affaire cessante sur les lieux du drame.
Un décès violent, un meurtre odieux et une marche blanche rassemble de nombreuses personnes qui veulent témoigner leur sympathie.
C'est plutôt positif ce phénomène de solidarité.
Dommage que l'élan soit souvent plus mesuré entre voisins.
Dommage que la motivation soit moindre lorsqu'il s'agit d'aller voter et choisir (très peu je sais) le chemin que doit prendre notre pays, notre région, notre ville ...