C'est la période des retours des cadeaux qui ne fonctionnent pas.
Un petit sujet traité il y a 2 ou 3 jours au cours des informations télévisées.
Un vendeur de jouets interrogé disait essayer de réparer le jouet défectueux sur place, et s'il n'y arrivait pas, remettre un bon d'achat au client. Le tout sans réaction du journaliste.
Et pourtant, la loi est claire : tout matériel acheté doit répondre à sa fonction, et donc fonctionner.
Si ce n'est pas le cas, le vendeur doit le réparer (ou se charger le faire faire), le remplacer ou le rembourser. Cela vaut pour une voiture comme pour un jouet. Le temps de la garantie légale (après, c'est différent, on doit démonter l'éventuel vice caché).
Pas question pour le vendeur de renvoyer le client vers le fournisseur ou le fabricant. C'est au vendeur de se retourner éventuellement vers eux.
Le client ne doit avoir qu'un interlocuteur : le vendeur.
Il y a aussi d'autres techniques de la part de vendeur qui ne veulent pas assumer cette responsabilité (lourde certes, mais c'est la loi) : ça m'est arrivé au Carrefour Market de Villers-Cotterêts : un onduleur acheté avant les vacances d'été n'a pas fonctionné : la batterie de secours ne se chargeait pas. Je l'ai ramené au bout de quelques jours. Le matériel a été repris pour être renvoyé au fabricant. D'accord. Puis plus rien.
Je demandais de temps à autre ce qu'il advenait de cet onduleur : sans réponse. Puis début décembre, j'aperçois le directeur qui me dit que le matériel ayant été rendu sans l'emballage ne pouvait être ni échangé ni renvoyé au fabricant. 
Je lui ai demandé d'où il sortait cette condition de vente, et nous en sommes restés là.
J'aime bien écrire : je lui ai donc demandé par courrier de confirmer cette réponse.
Il m'a écrit, mais sans répondre à la question, me disant qu'il pourrait me rembourser l'achat (ce que je n'avais même pas demandé)
De toute façon, j'avais remis le ticket d'achat original qui a été perdu par le magasin (le directeur m'ayant dans un premier temps dit que je n'avais pas remis ce ticket avant que la caissière ne s'en souvienne et le dise au directeur) et je me souviens plus du prix ...
Le matériel enfin retrouvé m'a été rendu; je l'ai jeté car une batterie neuve vaut le prix de l'onduleur.
C'est terrible d'être obligé de faire preuve d'insistance auprès de vendeur dont le métier est aussi de connaître leurs obligations légales