Je n'étais pas favorable à bon nombre de réformes, décidées unilatéralement, c'est-à-dire imposées et très dogmatiques. Et oui, il doit avoir ceci d'extrême : penser avoir seul raison.
Cependant de grandes réformes sont nécessaires, mais elles devaient être préparées, expliquées et comprises.
Le passage en force et surtout la morgue de cet exécutif, ainsi que le silence de députés "godillots" (c'est ainsi qu'on les appelaient sous de Gaulle) a gâché ce qui était nécessaire.

Oui le jeune président Macron, "homme nouveau et providentiel" a bien plombé la démocratie et la France pour de longues années à force de ne pas savoir tenir sa langue et penser pouvoir tout bouger sur sa seule volonté.

Que sortira t'il des urnes ? Un personnage providentiel, espérons, mais Macron a tué le concept, un extrémiste populiste de gauche ou de droite ? Tout est à craindre.

Parallèlement, l'incompréhension du fonctionnement des institutions et des mécanismes économiques de la part de certains gilets jaunes, ainsi que leur refus d'appliquer les règles démocratiques laissent aussi craindre un futur bien sombre.
Il est vrai que depuis Chirac et déjà un peu sous Giscard, les gouvernements ne cèdent qu'à "la rue" après des scènes plus ou moins violentes. Et cette violence, cet irrespect de l'autre ne font que croître.
Qui plus est le déficit budgétaire augmente et les premiers touchés seront les plus pauvres, comme d'habitude.
Nous vivons une époque formidable !

Évidemment quelque politicien de ci de là pensent récupérer la mise.
Photos prises hier à Paris : les vitrines brisées sont utilisées comme support de propagande par un élu : fallait oser.

Paris 12 décembre 18 (1)

Paris 12 décembre 18 (2)