Le blog de Renaud BELLIERE

18 décembre 2014

Profession réglementée

La loi Macron vis-à-vis des professions réglementées est faite pour permettre de dire à Bruxelles que la France réforme à tout-va.

Elle a été vendue en mettant dans un même sac certaines professions réglementées et certaines professions protégées en mélangeant le tout et en faisant appel à l'opinion publique en dépeignant ces professionnels comme privilégiés.

Ce qui gêne le plus ces professionnels réglementés (et non protégés), c'est l'ouverture des structures libérales au capital.
Ces professionnels sont soumis à une déontologie et des sanctions disciplinaires graves (suspension ou interdiction d'exercer) en cas de malhonnêteté. 
C'est le principe d'une profession réglementée qui assure une fonction d'intérêt public et qui doit donc être réglementée et contrôlée pour garantir le public.
Avec l'ouverture du capital de ces professions, ce peut être un fond de pension qui devienne notaire ou avocat, un promoteur ou Leroy Merlin qui deviennent architecte ... L'intérêt du client disparaîtra évidemment derrière celui de l'actionnariat.
C'est ce qui a tué l'industrie en France.

Pour notre profession d'architecte, nous n'avons pas vraiment l'impression d'être privilégié.
Le revenu moyen (en exercice libéral, c'est-à-dire avec des charges à payer sur les revenus) est de 2.400 €.
Quant à la retraite, voici une étude faite par la SMABTP qui assure un très grand nombre d'artisans du bâtiment (cliquez dessus pour agrandir)

retraite

Posté par BELLIERE à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2014

Le retour

Je ne crois pas me tromper, mais le radar n'avait pas du fonctionner beaucoup lors de la précédente mandature.
Hier, entrant à Villers par la route de Compiègne, j'ai aperçu le radar qui a repris du service. 
Seuls ceux qui roulent trop vite ou téléphonent ont à craindre ces contrôles.
Contrôles qui ont pour but de répondre à ce que demandent sans cesse les cotteréziens lorsqu'on les interroge dans chaque quartier : les automobilistes roulent trop vite.
Evidemment ceux qui se feront "prendre" diront qu'à cet endroit-là, ce n'était pas dangereux.
Je me souviendrais toujours de ce cotterézien, habitant route de Compiègne, qui pendant notre campagne nous avait dénoncé la vitesse excessive devant chez lui.
Peu après notre élection, nous partions à Soissons avec 2 adjoints pour une réunion en sous-préfecture. Nous roulions à 50 rue de Compiègne. Un automobiliste "colle" ma voiture, puis double et s'arrête quelques centaines de mètres plus loin ... chez lui.
Je lui ai fait coucou. J'ai dû perdre une voix ce jour-là, mais j'ai bien ri.

Posté par BELLIERE à 09:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 décembre 2014

Bien pour les parents

Ainsi donc notre maire veut sa crèche municipale.
Bonne nouvelle pour les parents.
Nous avions décidé le lancement d'une étude pour agrandir la halte-garderie et la crèche. Notre successeur Jean-Claude 1er a  beaucoup parlé mais rien fait.
Bravo donc à notre nouveau maire pour cette bonne nouvelle.

Mais que me dit-on ?
Il ne s'agirait que d'une crèche de soutien au maire de Béziers.
Dommage d'en arriver là !
Entre provocateurs anti-crèches et provocateurs pro-crèches, l'esprit de Noël s'estompe peu à peu.
Nous en arrivons vraiment à un changement comportemental inquiétant dans ce pays.

Posté par BELLIERE à 08:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2014

Simplification

Le gouvernement annonce beaucoup de choses.
Ces effets d'annonces ont des conséquences néfastes.
Préparés par les "communiquants", ces annonces destinées au grand publicpour redorer le blason du gouvernement ont surtout pour conséquence que l'on y comprend plus rien.

Pas de nouveaux impôts ... sauf ceux qui sont déjà décidés, et ceux qui seront dictés par la conjoncture

Réalisation des travaux d'accessibilité : reportés, mais déclaration à faire pour fin décembre si tout est conforme ... en septembre 2015 si ça ne l'est pas. Les formulaires ne sont pas encore disponibles !

Travaux d'économie d'énergie : des entreprises se sont qualifiées cette année à grand frais (et il n'y a pas de formation unifiée !). On annonce de nouvelles mesures de simplification : rien de tel pour bloquer une mécanique qui marchait déjà mal.
Le conseil régional de Picardie s'en mêle et veut aussi aider aux économies en mettant au point un système si compliqué avec l'Ademe qu'il reste en essai après avoir déjà évolué avant même son application

Compte pénibilité : début 2015 : les formulaires ne sont pas près

Sans compter les modifications applicables en fin d'année sur les feuilles de paye, dont les directives arrivent vers le 24 décembre (c'est ce qui s'est passé l'an dernier : tout à refaire)

Cela fait des lustres que ceux qui entreprennent demandent avant tout une stabilité des lois, de la fiscalité.
Mais respecter cela contraindrait le gouvernement à paraître immobile : l'horreur pour des ministres qui ne rêvent que d'être connus.

Posté par BELLIERE à 08:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2014

Paraphe Design

Paraphe Design, pour les cotteréziens, c'est Cuir Auto Shop
Cette société reprise en début d'année par Diane Delbyck, spécialiste en reprise-sauvetage d'entreprises, fait déjà beaucoup parler d'elle.
Visite ministérielle il y a peu, d'élus axonais et d'entrepreneurs cotteréziens vendredi dernier.

Pied de nez à l'article catastrophe de Libération qui n'en finit pas de régler des comptes avec le F.N. quitte à écrire n'importe quoi et nuire à la ville et ses habitants.
Madame Delbyck a décidé de s'appuyer sur les compétences localesl. Allié à un savoir-faire certain, du personnel et du sien propre, l'entreprise redémarre. Et bonheur pour tous, crée de l'emploi.
Il faut dire que cette femme respire l'énergie et sait la communiquer.

Cet ancrage français me fait penser à celui du dirigeant de la marque de chaussure Tod's en Italie qui a décidé, à l'inverse de nombreux concurrents, de conserver son appareil de production "chez lui" en Italie.
L'Europe a des atouts que les multinationales oublient chaque jour sous la pression des actionnaires.

Heureusement qu'il subsiste des entrepreneurs croient en nos atouts.

Vendredi, des discours politiques se sont fait entendre vantant l'emploi local et leur implication pour le sauvegarder.

Pourquoi, dès lors que des élus ont à décider eux-mêmes vont-ils chercher ailleurs des compétences qui existent localement ?

Des exemples : l'Apei de Coyolles va construire un bâtiment : 3 cabinets d'architectes ont été pressentis (2 de Paris, 1 de Châtel-Guyon en Auvergne !).
la maison de retraite du CAS de Paris à Villers : 3 cabinets parisiens;
le restaurant scolaire de Villers : 1 cabinet de Dijon.
L'Opal (office HLM du département de l'Aisne) : 1 cabinet de Nantes qui embauche des stagiaires pour "renforcer" ses équipes (cf leur site internet).

Je ne plaide pas pour ma paroisse, mais qu'on ne me dise pas qu'il n'y a pas dans l'Aisne ou en Picardie des cabinets qui ont l'expérience de ces projets.
Expérience qui hélas, disparaît peu à peu si le tissu local ne fait plus appel à eux.
Mieux vaut permettre à de jeunes stagiaires d'aller se faire plumer à Nantes ... 

Posté par BELLIERE à 08:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 novembre 2014

Muet

Oui c'est vrai, je suis muet depuis quelques temps. On me le reproche ... et j'avoue que ça me fait plaisir (vanité, vanité ...)
La vérité est que j'ai été débordé car moins il y a de boulot, plus il faut y consacrer de temps. C'est paradoxal, mais c'est ainsi ...

Juste une réaction à chaud concernant "Leo Lagrange" qui rompt le contrat que cet organisme avait avec la ville.

A croire que "Leo Lagrange" cherche à renforcer le FN.
Car chacun sait maintenant que plus on essaie de marginaliser le FN sur autre chose que son action politique, on le renforce.

" Leo Lagrange" dira faire valoir sa clause de conscience. Ce serait donc une réaction dogmatique ou politique.

C'est évidemment une décision irréfléchie et manquant totalement de clairvoyance, car si leur départ punit quelqu'un, ce n'est pas le maire, mais les enfants cotteréziens qui fréquentent les activités que "Leo Lagrange" avait en charge d'animer.

En vérité, Leo Lagrange punit les habitants de Villers d'avoir élu un maire frontiste en s'en prenant à leurs enfants.
Nul et démocratiquement très discutable ! Je ne doute pas que l'opposition l'ait stigmatisé car je considère pour ma part que c'est une attitude méprisante vis-à-vis des cotteréziens.

Sous mon mandat, leur contrat avait été interrompu entre deux mises en concurrence tout simplement parce que leur offre était moins compétitive qu'un autre prestataire (nous avions exigé que le personnel soit réembauché à chaque changement de prestataire). "Leo Lagrange" avait remporté le marché lors de la mise en concurrence suivante.
Ils avaient considéré que nous étions politiquement fréquentables. Ouf !

Posté par BELLIERE à 15:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 novembre 2014

Haut de France

Lors d'une discussion hier avec Christian Manable, président du conseil général de la Somme, celui-ci a suggéré de baptiser la future région Nord-Pas-de-Calais/Picardie "Haut de France".
Joli nom, géographiquement pertinent, et qui éviterait les noms à rallonge.

A ce sujet, allonger le nom de la ville de Château-Thierry par "en Champagne" n'a aucun sens.
C'est plus long à écrire, ça use plus d'encre (ne riez pas, au bout du compte, ça fait des litres d'un liquide polluant) et ça ne valorisera personne : les viticulteurs sont domiciliés hors Château-Thierry.
Si c'est pour protester contre le rattachement de la Picardie au Nord-PdC, c'est puéril.

Mieux vaut en ce cas travailler au détachement du département. Mais le champagne et le Riesling feraient-ils bon ménage ?


Posté par BELLIERE à 08:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2014

Aménagement du territoire

Visite de la secrétaire d'état en charge de la ville.
Que dira-t'elle ?
Veut-elle reclasser Villers en zone B pour permettre un meilleur financement du logement social ?
Veut-elle nous inciter à nous rapprocher du Grand Paris ?
Veut-elle déborder le cadre de sa fonction et flirter avec l'aménagement du territoire ?

En tout cas, visite gouvernementale ou non, il faudra bien se positionner au sujet de la communauté de communes dont la taille actuelle (inférieure à 20.000 habitants) la condamne avec la réforme qui s'annonce.

Faut-il se rapprocher de la communauté du Pays de la Vallée de l'Aisne (Vic sur Aisne) comme son président l'aimerait ?
Faut-il rediscuter avec la Ferté-Milon et Neuilly ?
Faut-il voir encore plus loin ?

Un beau sujet dont pourrait s'emparer les élus et un bon moment pour les oppositions de participer, et d'être force de proposition.
Il y a pas mal de pistes et de bons arguments

Restons à l'écoute de nos élus. L'avenir de notre territoire en passe par là : ce n'est pas un vain sujet.

Posté par BELLIERE à 17:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2014

Polémique toujours

Un syndicat d'enseignants dont l'épouse de notre ex-maire est une des figures locales, a fait paraître et diffusé aux enseignants un petit article dénonçant les maires F.N. qui auraient obligés les enfants à aller à la messe puis à lire le même poème de Charles Péguy devant le monument aux Morts lors des cérémonies du 11 Novembre.
A Villers, même les enseignants syndiqués ont été choqués par cette information sachant pertinemment qu'elle était fausse.

Le maire n'a jamais demandé à des élèves ou des enseignants d'assister à la messe et a demandé, comme cela se faisait les autres années, si des enfants accepteraient de lire un texte choisi.
C'est sur la base du libre volontariat qu'enseignants et élèves ont accepté de participer à la cérémonie du 11 novembre.
Qu'on ne soit pas d'accord avec la politique du F.N. est une chose.
Mais vouloir s'opposer à des choix politiques par le mensonge et la caricature dessert évidemment ceux qui ont recours à cela.
Une fois de plus, nos beaux esprits badgés "gauche bien pensante et je sais tout" vont à l'encontre de ce qu'ils souhaitent. 
Les électeurs sentent de plus en plus le mensonge et n'accordent plus de crédit à ceux qui les profèrent.
Oui, ces mensonges renforcent le F.N.
Mieux vaudrait parler des choix économiques proposés par le F.N. qui me paraissent encore beaucoup plus dangereux pour notre pays que les errances du hollandisme.

Et à titre personnel, je me réjouis de l'élection de Jean-Christophe Lagarde à la tête de l'UDI. Intelligent, clairvoyant, et encore jeune, j'espère qu'il saura se faire entendre. Passé par l'UDF, je l'ai croisé à plusieurs reprises. Il porte des choix politiques que je partage. 

Posté par BELLIERE à 08:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 novembre 2014

Comment créer la polémique

Dès la fin des discours devant le monument aux morts, le député de l'Aisne a fait savoir que le maire avait refusé qu'il prononce une allocution. Et s'estimait victime d'une censure.
Ce à quoi le maire répondait qu'une député européenne (FN) présente n'avait prononcé aucun discours, et que le député de l'Aisne l'avait prévenu la veille alors que les cartons d'invitation avaient été envoyés depuis belle lurette et qu'il était trop tard pour modifier le protocole.

Ce genre de situation s'était déjà produit lors du mandat de M. Pruski : la précédente députée de l'Aisne venait et se voyait refuser toute prise de parole.

A la réflexion, je me dis que j'ai vécu un mandat tranquille : personne n'a jamais voulu prendre la parole lors des manifestations patriotiques : seuls les discours du ministre et du maire étaient prononcés. Je pense qu'à part un préfet ou son représentant qui peuvent prétendre à parler, les cérémonies patriotiques locales sont l'affaire des associations éponymes et des habitants, représentés localement par le maire.
Et c'était bien ainsi.

Que d'autres élus manifestent par leur présence, leur intérêt, c'est incontestablement vertueux, mais qu'au moins ce jour là, les politiques se recueillent et cessent leurs petites escarmouches sans intérêt.

Posté par BELLIERE à 10:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fin »