Le blog de Renaud BELLIERE

30 janvier 2015

Hommage au général Dumas

Bon, ça polémique à nouveau.
La commémoration de l'abolition de l'esclavage a été fixée au 10 mai par le président Chirac car c'est ce jour qu'a été votée la loi "Taubira" reconnaissant la traite et l'esclavage comme un crime contre l'humanité.
Le maire avait refusé de commémorer officiellement cette journée à Villers car il était contre cette notion de repentance déconnectée de la situation historique.
Il a choisi le 4 février, date de l'abolition de l'esclavage par la Convention en 1794.
A tout dire, bien que l'esclavage ait ensuite été "réhabilité" puis à nouveau aboli, cette date a valeur historique.
A Villers, il est vrai que notre général Dumas, fils d'un aristocrate et d'une esclave est un symbole d'un passé esclavagiste.
C'est pourquoi, dès la première commémoration décidée par Jacques Chirac, le préfet de l'Aisne ou son représentant venait à Villers-Cotterêts.
Claude Ribbe est également venu.

Du coup, le maire FN ayant retenu la date du 4 février pour une commémoration locale, Claude Ribbe allume un contre-feu à Paris au pied de la statue du général.
Pauvre général, qui se retrouve au milieu d'une polémique qui finalement le concerne peu.
Claude Ribbe va essayer de faire un buzz qui finalement, comme beaucoup d'actions de ce type, risque de valoriser le FN. En tout cas, d'en faire parler.
Jean-Marie Le Pen qui avait déjà "récupéré" Jeanne d'Arc doit se réjouir de constater que Franck Briffaut est pour sa part en passe de "récupérer" le général Dumas. 

Posté par BELLIERE à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2015

Divertissement

Vous aurez peut-être remarqué les efforts d'Anne Hidalgo et de Nicolas Sarkozy pour être sur le devant de la scène lors de la marche des chefs d'état à la suite des attentats du 11 janvier.

C'était amusant. Anne Hidalgo qui était repoussée de plus en plus loin du président et Nicolas Sarkozy qui s'en rapprochait.
Anne Hidalgo s'est rattrapée en s'accrochant au président lorsque celui-ci a remercié les participants en fin de cérémonie.
Et tout ce beau monde aux réactions enfantines nous dirige ! Vous me direz qu'avoir un esprit toujours jeune est une qualité !

Si vous trouvez les discours un peu longs lors de manifestations officielles, observez les élus. Sur la pointe des pieds pour certains, jouant des coudes pour d'autres. Un seul objectif, se rapprocher du chef pour être vu. De même lors des réunions : au premier rang. Ainsi ils ne voient rien derrière et peuvent prendre la parole au détriment du bon peuple qui lève la main depuis 5 minutes pour pouvoir s'exprimer.

J'ai connu cela. Ça peut même être du sport.
J'ai deux souvenirs "douloureux" : 

Au Sénat lors du discours lors du transfert des cendres d'Alexandre Dumas. On m'avait protocolairement placé entre l'orateur (Claude Ribbes) et le président du Sénat. Derrière, des sénateurs poussaient si fort pour s'incruster entre nous que j'ai cru que j'allais tomber sur le président. 10 minutes à me raidir sur ma jambe gauche pour rester en équilibre. Je me souviens encore de la crampe et de la peur de m'affaler.

Lors des élections régionales où, tête de liste dans l'Aisne, j'étais à la tribune à côté de Gilles de Robien, la même mésaventure m'est arrivée avec Edith Errasti qui a vraiment failli m'éjecter du groupe. Mes côtes s'en souviennent.

Ah cette chaude ambiance ! C'est en quelque sorte le rugby des élus. Le sport ça conserve, non ?

Posté par BELLIERE à 08:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2015

http://www.pisseleux1944.levillage.org

Vous êtes nombreux, j'en suis certain, à vous souvenir de la commémoration de la chute le 6 février 1944 sur Pisseleux de l'avion B17 piloté par des américains. Messieurs Lambiel et Presson en avaient été les initiateurs et les organisateurs. Le collège François 1er s'était énormément impliqué.
Aujourd'hui, Monsieur Lambiel va mettre en ligne un site dédié à l'évènement : http://www.pisseleux1944.levillage.org
Ce site a pour but de permettre auxcotteréziens de (re) découvrir ces aviateurs morts dans nos rues pour notre liberté.
Également de rendre hommage à toutes les générations d'habitants de Pisseleux et de Villers-Cotterêts qui, depuis 70 ans, font vivre cette amitié avec les ÉtatsUnis, Monsieur Cagnon, en particulier.
Il sera possible d'envoyer des messages aux familles des aviateurs.
Ces messages seront traduits par Monsieur Lambiel puis imprimés dans un livre.
L'imprimeur en sera l'AFIP, où, c'est un symbole, est tombé l'aviateur Huhtala.
Monsieur Lambiel remettra ce livre en mains propres dans un mois à la famille McIver (1 des 9 membres d'équipage) à San Francisco.

B17

 

Posté par BELLIERE à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 janvier 2015

Ecole de la République

L'école doit devenir un sanctuaire républicain.
Les enseignants doivent être formés à la laïcité, à la réflexion et à la citoyenneté pour éduquer nos enfants.
Le gouvernement la surjoue en ce moment, oubliant au passage que les enseignants ont déjà bien des difficultés à faire apprendre à lire, à écrire et que chaque année leur tombent des missions peut-être utiles mais chronophages : initiation aux premiers secours, code de la route ...

Je formulerai différemment les choses :

l'école doit apprendre les outils communs qui permettront de vivre ensemble, se comprendre, se forger un esprit critique et savoir analyser et comprendre une situation ... et apprendre un métier pour, de façon collective, participer à la vie et la richesse du pays.
Les fondamentaux comme la langue (vocabulaire et grammaire qui permettent les nuances et la précision), l'orthographe (qui évite d'avoir à lire certains écrits pour les comprendre), mais aussi le calcul, un brin d'histoire et de géographie sont primordiaux.

la famille doit éduquer (et cela même avant l'entrée à l'école) les enfants aux grands principes fondamentaux (qui sont d'ailleurs communs à toutes les religions pour ceux qui veulent ajouter cette dimension) : tolérance, respect de l'autre, honnêteté, politesse (qui n'est qu'une application normée du savoir vivre ensemble) ...

l'école peut effectivement un peu rattraper les erreurs d'éducation, mais ce n'est pas son rôle principal, et elle ne peut pas faire beaucoup sans le relais des parents.

Voici une photographie reprise du Figaro Magazine (photo prise en Afghanistan).
A t'on encore conscience dans nos riches pays où règne la paix, où les enfants sont transportés par bus, soignés gratuitement, voire aidés pour se loger, de la chance de recevoir un enseignement de qualité ?

ecole

Je n'ai en revanche aucune idée de ce qui est enseigné à ces enfants.

Posté par BELLIERE à 17:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 janvier 2015

Economie d'énergie

Tout le monde se lance dans les économies d'énergie. C'est devenu aussi compliqué que frapper à la bonne porte lorsqu'on recherche un emploi.

Aujourd'hui, le journal l'UNION consacrait un article sur le sujet et faisait référence à l'ANAH et au PIG lancé par le Conseil général. 
Ce serait trop simple, il ne faudrait pas oublier l'ADEME, le CODEM, SPEE et le PASS RENOVATION (conseil régional) ...
Certaines villes, agglos ... ont également leur officine d'aide ou de financement.

En finalité, que veut-on ?
Que son logement soit mieux isolé et savoir si des aides sont disponibles ?

Pour ma part, je ne retiens que cette photographie qui illustrait l'article de l'UNION.
Même avec des aides, l'occupant de ce logement rénové aura jeté de l'argent par les fenêtres (et de même pour les aides publiques)

Flèche rouge : l'isolation n'est pas jointive. Ce seront des zones de froid avec à la clé de la condensation et des moisissures si le logement n'est pas efficacement ventilé en permanence. Ce sont des passages d'air humide qui vont dégrader le pouvoir isolant de la laine minérale.
Du chaud en été et du froid en hiver avec des dépenses de chauffage qui auraient dû être évitées.
Il aurait fallu poser les lés d'isolant jointivement et les "scotcher" à leur jonction.

Flèche verte : En cas de pose perpendiculaire de plaque de plâtre par rapport à l'ossature (conseillé), la longueur de la plaque doit être un multiple de l'écart entre les rails. En clair, les extrémités des plaques doivent reposer sur une suspente. D'autre part, il est conseillé de poser la partie verticale en premier, ce qui assurera la rigidité de l'angle rampant/pied droit. Sur la photo, le montage provoquera une souplesse de cet angle.
Quant à la plaque horizontale du plafond, je ne sais pas sur quoi elle se fixera à l'angle plafond/rampant.

isol

Si la photo a été prise sur ce chantier à moitié prix, ça ne valait guère plus.

Je sais, je vous fatigue, mais un architecte, ça sert aussi à ça : à éviter ces malfaçons et à assurer la qualité des travaux.

Posté par BELLIERE à 16:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 janvier 2015

Charles Baur, hommage

Je vous en avais parlé le 12 : un registre de condoléances est ouvert à la Maison de la Presse sur la place du Dr Mouflier à Villers-Cotterêts.
Vous pourrez témoigner de votre sympathie en allant y mettre un mot, une signature ...

Un lecteur m'a envoyé la photo de la couverture de cette bande dessinée que je n'arrive plus à retrouver. Et pourtant, je l'ai !

CLC

Posté par BELLIERE à 05:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 janvier 2015

Critique absurde

Il m'a bien semblé lire que le groupe de l'ancienne majorité critiquait la décision de la ville d'emprunter pour financer le boulevard urbain.
Tout d'abord, ce boulevard avait totalement été mis en veilleuse lorsque cette équipe gérait la ville : il se dit même que le maire avait été plus que muet face au conseil général pendant les 6 années de son mandat.
C'était facile : pas de boulevard, pas de dépense.
Ensuite, emprunter est plutôt de bonne gestion pour un équipement lourd et structurant qui profitera à tous et pendant longtemps.
La faiblesse des taux (certes l'inflation l'est aussi) ne risque pas de mettre en péril sa budgétisation.
Décidemment, ils n'avaient rien compris, et leur seul réflexe qui était de faire tout le contraire de ce qui avait été fait avant s'est vraiment révélé catastrophique et a fait perdre beaucoup de temps.
Souvenez-vous j'ai publié sur ce blog la lettre du président du conseil général qui s'engageait sur le démarrage des travaux l'année de l'élection de M. Pruski; engagement que celui-ci a réduit à néant en supprimant la ligne budgétaire nécessaire !!!

Posté par BELLIERE à 15:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 janvier 2015

Le mépris

Le communautarisme religieux se mondialise.
Presque banal sur le continent africain et dans certaines zones asiatiques, il s'enracine en Europe et en Amérique du Nord.
C'est à n'y rien comprendre dans des pays où l'éducation est ouverte à tous.
On parle beaucoup de 3 religions.

Les chrétiens, en France particulièrement, ont une foi totalement limitée à leur sphère privée. A part quelques manifestations récentes, ils tendent plutôt la joue gauche, s'étant "habitués" à être brocardés par des comiques ou autres bobos. 
Les dessins dont beaucoup effectivement bêtes et méchants de Hara Kiri puis de Charlie Hebdo ont fini par faire partie du quotidien. Ils laissent faire et pardonnent ou ont appris à mépriser leurs détracteurs intolérants.

Les juifs, qui n'approuvent pas forcément la politique d'Israël qui lutte comme les Palestiniens pour la survie d'un territoire, ont depuis fort longtemps appris l'humour. Leur foi est également limitée à leur sphère privée. Ce peuple, pour peu qu'il ne soit pas soumis à la vindicte (je ne parle pas des persécutions) a toujours su vivre dans le pays qui l'accueillait. Eux aussi doivent avoir appris à mépriser leurs détracteurs intolérants.

Les musulmans, ont élevé la religion au niveau de la sphère publique. La religion décide de la vie publique. Aucun chef ne les guide. On comprend bien aujourd'hui que chacun a une interprétation personnelle du Livre, mais avec un titre commun. Pour ma part, je croyais vraiment que les guerres dites de religion, mais tout aussi politiques que ne le sont aujourd'hui les combats jihadistes auraient disparu avec une meilleure éducation des hommes et des femmes. Je croyais pour ma part que l'on ne pouvait pas continuer à considérer la femme comme un être inférieur.
Je croyais surtout qu'à défaut d'humour en matière d'identité communautaire et religieuse, les musulmans auraient acquis la capacité à mépriser plutôt qu'à faire appel à la violence. 
Car chacun en conviendra, en démocratie où chacun doit écouter l'autre, le mépris devrait devenir l'arme finale et suprême en cas de profond désaccord. C'est tout aussi efficace que la violence et moins moyenâgeux.

Je ne veux évidemment pas généraliser cette courte réflexion, mais vraiment, les manifestations actuelles hors de France, ou même, à un degré bien inférieur lors de la minute de silence ici-même sont révélatrices d'un bien grave problème d'identité mal comprise, et à tout dire d'une dangereuse dérive sectaire.
Je comprends que les élus fassent tout pour apaiser, mais ils n'ont pas encore le mode d'emploi.
 
 

Posté par BELLIERE à 10:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 janvier 2015

Emploi et confusion

Réunion de plusieurs entreprises de Villers et alentours hier en mairie de Villers-Cotterêts sous l'égide de l'Etat.
Au programme, comment favoriser le recrutement. 
Pôle Emploi a présenté ses statistiques (toujours un peu anciennes comme toutes les statistiques) et ses actions, ainsi que les sociétés d'intérim et je ne sais plus quelle entité dépendant de l'agglomération de Soissons.
Le représentant de l'Etat a proposé une démarche visant au rapprochement des entreprises pour, ensemble, définir leur besoin, échanger, voire envisager les formations nécessaires ou développer le temps partagé des salariés entre plusieurs entreprises.
Avec un flou : qui gère ou anime cette structure informelle ?
Ainsi que l'a fait remarquer le représentant d'une entreprise : hélas, rien de nouveau !
Et comment articuler ce système avec Pôle Emploi, les sociétés d'intérim et les multiples officines gérées qui par une collectivité ou CCI, qui par une association ?

Il me semble qu'il en soit pour l'emploi comme pour les travaux d'économie d'énergie.

L'Etat, puis chaque collectivité, puis chaque représentation consulaire veut en être. Ce n'est pas critiquable en soi, mais ça ajoute à la confusion.
Aujourd'hui, vous cherchez un emploi.
Vous faîtes quoi : un périple dans les bas-fonds de Soissons bien loin de la gare, où se trouve Pôle Emploi, une inscription dans les sociétés d'intérim, un coup de téléphone à la CCI, une visite à une association dont vous avez appris l'existence, une visite à l'agglo de Soissons ?

Pour les économies d'énergie : un plombier RGE pour définir s'il faut remplacer les fenêtres, isoler, ventiler, ou un comptable pour demander quelles sont les aides auxquelles vous pouvez prétendre, l'Ademe, la Région ?  Pour ma part, j'ai une réponse : un architecte, mais vous me direz que je ne suis pas là pour faire la publicité de cette profession.

Chacun de ces opérateurs peut apporter une réponse, parfois parcellaire, parfois complète, mais quelle difficulté à s'y retrouver dans ce maquis.

La réunion d'hier n'a malheureusement rien simplifié. Mais la simplification administrative, c'est souvent cela dans notre beau pays.
L'Etat cherchant à aider certes, mais aussi à produire de bonnes statistiques, surtout lorsque le Président a lié son sort à une diminution du chômage qui dépend avant tout et uniquement de l'économie.

Posté par BELLIERE à 09:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2015

Charles le cotterézien

C'était le titre d'une bande dessinée.

CB

photo Courrier Picard

De nombreux cotteréziens souhaitent lui rendre hommage. Comment ?
Le dirigeant de la Maison de la Presse située place du Dr Mouflier à Villers-Cotterêts m'a donné son accord pour mettre à disposition des habitants un registre de condoléances.
Je l'en remercie sincèrement.
Un petit souci de logistique (il lui faut recommander un registre) va en retarder de quelques jours la mise en place.
Je vous informe dès que le registre sera à notre disposition


Posté par BELLIERE à 11:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fin »