Le blog de Renaud BELLIERE

22 septembre 2017

forains

L'obligation de mise en concurrence touche tous les métiers. Effectivement, cela favorise les plus bas prix, souvent au détriment de la qualité. Le juste prix ou le du mieux-disant est difficile à apprécier. Dans mon métier, je le constate en permanence, face à des acheteurs publics qui ne connaissent pas les métiers de la construction (ils connaissent évidemment les règles d'urbanisme, le Code des marchés publics, mais souvent quasi rien des métiers de conception et d'exécution). .
Aujourd'hui les forains sont touchés. Ils s'alarment et disent qu'ils seront remplacés par de grosses sociétés.
Pas forcément faux : la politique européenne, les acheteurs publics peu aptes à analyser et juger d'un prix défavorise les petits artisans.
Pour les forains, une autre raison de leur colère est aussi qu'ils "s'achètent" fréquemment leurs emplacements. Il faudra maintenant qu'ils l'achètent à la collectivité.

Posté par BELLIERE à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2017

Château

Je ne suis pas étonné que plusieurs investisseurs s'intéressent au château.
J'avais reçu un groupe anglais spécialisé dans la réhabilitation de châteaux qui conservaient les façades, les réhabilitaient et dans le cas présent aurait également conservé et réhabilité les escaliers et la chapelle. Des appartements auraient été aménagés dans les ailes et en façade (les parties occupées par la maison de retraite. Le départ de la maison de retraite était déjà dans "les tuyaux" (ce sera finalisé lors du mandat de M.Pruski). La DRAC n'était pas opposée sous réserve évidemment d'un projet, mais qui devait concerner l'ensemble du château pour éviter un morcellement en plusieurs activités.
Aujourd'hui, la maison de retraite est partie. Reste à savoir si la demande de logements pour amateurs de châteaux reste suffisante.
Et attendons les projets.
Je suis heureux que l'idée de la francophonie ait fait son chemin, nous avions créé un poste d'adjoint à la francophonie et tissé des relations avec les associations francophones nationales et internationales pour cela.
Nul doute que S. Bern a toutes les compétences pour la mission que lui a confié le président.
Il suffit de s'entourer d'historiens et d'architectes des monuments historiques.

Posté par BELLIERE à 11:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2017

C'est fou

Le jugement des incendiaires d'une voiture de police dans laquelle les policiers circulaient, et dont un a été roué de coups lorsqu'il s'en est échappé va commencer.
Un collectif de soutien aux agresseurs s'est constitué ! Fou, c'est fou. 
La première chose que l'on doit faire en matière d'éducation est de fixer les limites. Ce que ne savent pas faire de nombreux parents, ni la société qui se doit ensuite de récupérer les enfants non éduqués devenus adultes.
Et chacun sait que lorsque les bornes sont dépassées, il n'y a plus de limites.
Dans un autre genre, de nombreux parlementaires ont compris sous le poids de la pression médiatique et populaire que les bornes devaient être remises en place. Reste maintenant à s'occuper de ces collectifs et de certains organisateurs de manifestations.
Tout l'art du "bien vivre ensemble" dont on nous rebat les oreilles.


Posté par BELLIERE à 08:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 septembre 2017

Et c'est reparti

La CGT veut donner de l'ampleur à ses protestations : la CGT transport va donc organiser des manifestations sur ses lieux de travail. C'est à dire la route a précisé leur responsable ! Ben oui une petite manif ne fait pas grand mal; 2 camions bloquent un grand axe !
Ca va tanguer, mais espérons qu'enfin un gouvernement tienne contre la rue, surtout quand la "rue" est clairsemée.
Le candidat Macron n'était pas ma tasse de thé, je l'avais écrit, mais qu'on le laisse faire la (timide) réforme du Code du travail.
C'est insupportable d'entendre tous les opposants, démocratiquement minoritaires, se répandre sur les ondes en se disant convaincu qu'il faut réformer ... mais sans toucher à rien, sauf à dépenser encore plus.
Nous avons effectivement un extraordinaire système de protection sociale, de protection de la santé, de protection des salariés, mais nous ne savons plus le financer.
Je patirai aussi personnellement et professionnellement des réformes annoncées, mais j'espère qu'elles seront efficaces. Sinon, la sanction sera encore plus dure dans quelques années.
Essayons de changer les règles pour les mettre en conformité avec nos moyens, et voyons.
Tous les autres pays européens mais aussi les USA l'ont fait. De façon différente pour chacun d'entre eux.
En France tout essai de réforme est combattu. A désespérer. Arrêtons de rajouter de la dette sur le dos de nos enfants.

Posté par BELLIERE à 18:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2017

Solidarité

Solidarité des retraités pas pauvres avec les jeunes.
Evidemment, la décision de relever la CSG sans compensation pour les retraités ne fait pas plaisir à ces derniers.
Que je suis d'ailleurs de plus en plus près de rejoindre !
Mais sur le fond, nous avons vécu à crédit en laissant la charge du remboursement à nos enfants. François Bayrou a été un des seuls à le dire depuis longtemps qui voulait inscrire dans la constitution l'interdiction de voter des budgets en déséquilibre pour arrêter cette spirale de la dette.
Evidemment, l'après-guerre a été une période faste (les 30 glorieuses), mais les coups sont venus dès le mandat de Giscard, et aucune mesure de prudence n'a été vraiment prise par les gouvernements successifs, apeurés par la dictature de la rue manoeuvrée par certains syndicats conservateurs. Les gouvernements socialistes n'ont rien arrangés.
Toujours plus de dépenses. Les villes, régions, départements ont fait de même.
Le  "social" n'est plus géré. Le Code du travail est devenu un épouvantail à l'embauche.
Effectivement, aujourd'hui n'est plus hier, et il faut apprendre à ne plus tout attendre de la collectivité (que l'on finance) et ne plus ignorer les règles de l'économie.
Difficile après une génération facile. Nos enfants ne peuvent pas payer seuls nos dépenses passées 

Posté par BELLIERE à 09:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 août 2017

C'est pas lui, c'est nous.

Le maire de Villers-Cotterêts annonce (cf. un article de l'Union) la proche réalisation d'un projet pour la place d'Hauterive.
"On l'avait déjà fait" s'insurge M. Pruski et l'un de ses anciens adjoints.
C'est vrai, mais ça n'avait pas abouti.
L'autre opposition, dont 2 conseillers faisaient partie de "mon" équipe ont su se montrer plus discrets.
En effet, nous avions pour notre part bataillé pour acheter l'immeuble quasi en ruine qui a permis de créer le passage Michaud, puis le parking qui a aidé à l'installation du Leclerc Express après le départ de la Coop.
Ensuite, nous avions missionné le CAUE (conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement) de l'Aisne pour établir un plan guide d'aménagement de cette zone. Puis consulté des bailleurs sociaux et des promoteurs privés pour réaliser le projet.
Hélas, le trop faible nombre de m² réalisables rendait cette opération financièrement impossible.
M. Pruski a effectivement poursuivi les discussions avec un autre riverain, qui a abouti.
La ville possède donc plus de terrain ce qui augmente la possibilité de pouvoir financer l'opération. Mais c'était encore trop juste.
Espérons que les conditions soient aujourd'hui réunies pour faire aboutir un projet urbain dans cette zone centrale de Villers-Cotterêts.
Ainsi va la vie d'une commune, chacun apporte une pierre à l'édifice.

Posté par BELLIERE à 08:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2017

Ad'Ap

Cela s'était déjà passé avec La Camif.
Certaines sociétés traquent internet.
A l'époque, un avocat contacté m'avait rappelé ce qu'était la réalité d'une diffamation. Pas aussi simple que ne le disent ces sociétés.
Pour ma part, j'avais dit supprimer les commentaires accusateurs n'apportant pas les preuves de ces accusations. C'est fait.

J'invite les lecteurs à bien se renseigner, comparer et ne pas s'engager auprès de qui que ce soit avant d'avoir obtenu un devis précis des prestations proposées et leur prix.
Et de consulter par exemple les sites de QUE CHOISIR et 60 MILLIONS DE CONSOMMATEURS qui ont à plusieurs reprises traité ces sujets.

Voici le courrier reçu du conseil d'Ad'Ap. GMI/Contrôle ERP : 


Comme vous l'indiquez justement dans votre courrier, il peut parfaitement y avoir plusieurs leaders dans ce secteur. Dire que GMI est l'un d'eux est à la fois une réalité et peu sujet à discussion (la réalité est qu'il est vraiment LE leader, vu le nombre de dossiers qu'il a traités). Mon client accepte donc la modification sur ce point comme indiqué ci-dessous.

Vous mentionnez également : "Il est hélas de nombreux cas où l'homme de l'art est nécessaire pour (par exemple) savoir si une porte peut être élargie dans un mur porteur, ou si une rampe peut être réalisée au-dessus d'une cave" Toutefois, une telle analyse n'est pas requise pour préparer le dossier Ad'Ap (qui consiste surtout à prendre des mesures, ce que chacun peut faire) - elle pourra être utile si des travaux doivent ultérieurement être réalisés.

 Enfin, solliciter la date de naissance, dont je rappelle qu'elle est un élément du dossier, est aussi une façon de vérifier le sérieux de la personne qui appelle - vous n'ignorez pas qu'il existe aussi beaucoup de "trolls" et d'appels téléphoniques non sérieux, demander cette information permet ainsi de faire un filtre. J’ai toutefois supprimer la mention « contrairement à ce que le post ci-dessus insinue » pour vous être plus agréable.

 Vous pouvez donc communiquer le droit de réponse ci-dessous :

 

« Droit de réponse publié à la demande de la société Groupe GMI / Contrôle ERP :

 La société Groupe GMI / Contrôle ERP est une société réalisant les dossiers techniques « Ad’ap » avec le plus grand professionnalisme grâce à une solution logicielle exclusive qu’elle a elle-même mise au point, et qui lui permet de facturer à ses clients un montant très faible par rapport aux prestations qu’elle réalise.

La date de naissance du particulier ou dirigeant de société concerné doit être indiquée dans le premier cadre du formulaire Cerfa « Ad’ap » et s’avère donc nécessaire pour compléter ce dossier. De la même façon, aucun « homme de l’art » n’est nécessaire pour réaliser ce dossier.

La société Groupe GMI / Contrôle ERP affiche une acceptation de la quasi-intégralité de ses dossiers par les préfectures et se positionne ainsi comme l'un des leaders des sociétés proposant la réalisation de tels dossiers. Elle confirme que certaines sociétés sans aucun rapport avec elle proposent aussi ces prestations sans être en mesure de les réaliser et elle invite également chacun à la plus grande prudence à réception des courriers de telles sociétés.

Contrairement aux allégations figurant dans le post ci-dessus, la société Groupe GMI / Contrôle ERP réalise un travail de grande qualité et invite les lecteurs de ce blog à la contacter sereinement pour préparer leurs dossiers « Ad’ap ». »

Enfin, je rappelle que la demande principale du courrier de mise en demeure du 4 juillet 2017 est de supprimer purement et simplement tous les commentaires à votre billet qui relèvent de la diffamation et de l'atteinte à la réputation de ma cliente, et sont susceptibles d'engager votre responsabilité.

Si ces éléments ne sont pas réalisés d'ici la fin de ce mois d'août, mon client reprendra toute liberté d'action.

Posté par BELLIERE à 10:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2017

Amiens l'été

La nouvelle illumination de la cathédrale d'Amiens est très réussie.
Elle tient toujours compte de l'architecture et n'est pas une projection sur un bâtiment comme dans beaucoup d'autres lieux.
Et en final, toujours la colorisation des portails.

17Amiens (1)

17Amiens (2)

17Amiens (3)

17Amiens (6)

17Amiens (10)

Posté par BELLIERE à 09:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 août 2017

Villers plage

L'article dans l'Union sur Villers plagem'a vraiment conforté dans le soulagement de ne plus être maire. C'est une chance dans une vie et je suis encore très fier d'avoir exercé ce mandat. 
On essaie de faire au mieux pour la collectivité. Mais le mieux n'est pas le même pour tout le monde, et ne peut pas toujours tenir compte des demandes particulières.Sans compter sur les "gentillesses" des "amis".
Un maire est-il responsable des bagarres ou du manque de repas en cas de plus forte affluence que prévu. En revanche le restaurateur aurait du honoré les repas commandés

Posté par BELLIERE à 15:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fin de la réserve parlementaire

Pas mal de parlementaires se sont exprimés contre. Ce serait jeter l'opprobre sur tous les élus suggère l'un, ajoutant que la majorité des élus est bénévole ! C'est vrai, mais pas en ce qui concerne les parlementaires. Mieux vaut donc développer de solides et bons arguments si l'on veut s'exprimer sur ce sujet.
Il s'agit d'argent public et je trouve choquant de le répartir au bon vouloir du parlementaire, sans règle ni contrôle. Certains n'ont pas hésité dans notre bonne ex-Picardie à distribuer une partie de ces sommes à des communes corses : je cite cet exemple car la presse régionale en avait fait état, mais nul doute qu'il est courant.
Quant aux assistants ?
Sont-ils si utiles que cela si l'on considère le nombre d'emplois fictifs créés ?
Et également la distorsion entre l'indemnité alloué au parlementaire et les salaires versés aux attachés (je parle des "vrais" attachés parlementaires employés pour réellement travailler au service de l'élu).
Quant aux frais de représentation, si je relis "Pilleurs d'état" de Philippe Pacot (éd. Max Milot), ils sont souvent détournés, sans contrôle ni sanction. Pourquoi ne pas créer un local par circonscription qui serait à disposition de l'élu en place ?
Un peu comme le maire qui siège à la mairie. Pas besoin que chaque nouveau député achète ou loue sa permanence.
Quant au nombre d'élus, les USA  fonctionnent avec beaucoup moins de parlementaires (et plus d'habitants et de km²). Il y a pléthore d'élus de terrain : maires, conseillers municipaux, communautaires, départementaux, régionaux, plus la société civile (CESR, pour tenir les élus au courant). Si un citoyen n'est pas capable d'en rencontrer un, c'est à désespérer de tout !
Si vraiment le parlementaire veut conserver une fonction en prise directe avec les citoyens, en dehors des réunions et manifestations locales auxquelles il est libre d'assister, il peut briguer un mandat local non exécutif (certes non rémunéré). Mais point trop n'en faut, car je ne sais toujours pas comment plusieurs mandats permettent de les faire tous bien.


Posté par BELLIERE à 15:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]