Le blog de Renaud BELLIERE

23 juin 2016

Mauvais goût.

Au cours d'une soirée entre amis, nous avons parlé de la cérémonie qui s'est tenue à Verdun en présence des chefs d'état allemand et français.
La cavalcade de lycéens rigolards avec leurs profs, entre les tombes de Douaumont m'avait choqué et peiné pour ces soldats morts qui eux ne rigolaient pas.
Je ne reviendrai pas sur le choix de faire festif à tout prix et d'avoir en plus imaginé d'organiser un concert avec un chanteur dont le passé était plus que contestable. Les "beaux esprits" faisaient fi de son passé, culture oblige, mais n'était-on pourtant pas justement en train de rendre hommage au passé ?

A tout dire, j'avais honte pour ces chefs d'état et pour mon pays. Je préfère garder l'immage de Kohl et Mitterrand. Ceux-là savaient ce qu'était une cérémonie et l'image d'une nation.

Mme Merkel et M. Hollande auraient pu refuser cela.
J'avais bien publiquement reproché à un chef de musique cotterézien d'avoir indiqué faire interpréter la Marseillaise sans paroles car les dites-paroles le choquaient. Je peux tout entendre dans la sphère privée, mais pas dans la sphère publique.

J'ai titré ce petit mot "mauvais goût" pour faire soft. En fait, ça n'était rien d'autre qu'une fantastique inculture.  Et pour faire "culture", lorsqu'on est inculte et dénué de talent, on bascule dans la provocation. Plus facile et tellement choquant. Vous montez sur les tombes dans un cimetière ?

Voici un texte qu'un de mes amis avait rédigé, pour lui-même :

Notre grand-père, classe 14 , parlait avec un profond respect de ses camarades de guerre souvent disparus , et de tout ceux  qu'il avaient, comme lui , combattu sur les fronts .
Un matin, il a brûlé son uniforme " je ne voudrais pas que mes petits enfants se déguisent et jouent avec ses vêtements dans lesquelles nous avons tant souffert" . Nous nous sommes rendus , avec émotion , ce 13 avril 2016 à Douaumont , dans le calme et le recueillement. Est-il maintenant de bon ton de courir sur les tombes ? Je n'ai probablement pas compris le sens de cette scénographie.

Tout est dit, et avec tact et modération.

Posté par BELLIERE à 10:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2016

rendez-vous manqué

Des obligations familiales inattendues m'ont empêché d'assister à la présentation du livret réalisé par Simon Leboeuf, consacré au château de Villers-Cotterêts.
Des personnes présentes m'ont confirmé la brillante présentation faite par l'auteur.
Je ne puis que souscrire à l'affirmation que si une ville pouvait se déclarer royale, c'est bien Villers-Cotterêts.
Je me souviens avoir demnadé à plusieurs reprises que des panneaux "ville royale" soit implantés à chaque entrée de ville.
Mais un maire n'a pas l'autorité royale, et la mise en oeuvre par les adjoints concernés et les "services" ne s'est jamais concrétisée.
Qu'à cela ne tienne, il n'est pas trop tard.
C'est peu de chose, mais le pire ennemi de ce château serait l'oubli

Posté par BELLIERE à 19:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juin 2016

Fête de la musique

Selon PRESSE OCEAN relayé par d'autres médias , notre maire  aurait demandé aux artistes invités à la fête de la musique le 21 juin prochain, de signer une clause mentionnant que «les artistes s'engagent, dans le cadre de leur prestation artistique, à respecter le principe de neutralité politique. À défaut, la prestation ne sera pas rémunérée». Un groupe originaire de Nantes qui se dit pourtant non engagé politiquement a refusé de signer. Cette clause a finalement été retirée.

Sur le fond, être chanteur n'autorise pas tout.
Je me souviens de propos peu élégants et surtout sans fondement à mon égard car un maire MoDem, c'était forcément un affreux de droite, et ça méritait évidemment une correction de la part d'un chanteur !
Dans le cas présent, il est vrai que la confrontation avec le FN met certains chanteurs en super grande verve.
Provocation contre provocation, voilà bien là le danger.


 

Posté par BELLIERE à 19:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2016

Législatives (toujours)

Le sujet ne se rapporte pas directement aux législatives, mais la lecture du livre Pilleurs d'état de Philippe Pascot est impérative avant de voter.
Cet ancien élu, ex-adjoint de Manuel Valls recense tous les avantages que ce sont attribués peu à peu les parlementaires.
Avantages pour les parlementaires, mais aussi pour les autres élus (le cumul fait que le mandat unique, même avec les changements à venir, reste d'actualité et que grignoter aussi des sous avec des mandats secondaires n'est pas à rejeter).

Il n'est pas question de malhonnêteté ou contournement des lois : pas la peine, ces avantages ont été actés par des lois faites par ceux qui en profitent.
C'est évidemment moralement scandaleux.
Personne ne dit mot, à part de très rares, dont Charles-Amédée de Courson, député de la Marne, hyper spécialiste des finances publiques et dénonciateur des excès (il ne sera donc jamais ministre étant pourtant certainement le plus compétent en matière financière).

L'auteur compare souvent les règles applicables aux élus avec ce qui se passe pour nous autres, pékins de base :
étonnez-vous de la désaffection des peuples à voter.

Et accessoirement du rejet de l'Europe (pourtant nécessaire, mais pas comme elle est).
Messieurs les Anglais, tirez les premiers
 

Posté par BELLIERE à 14:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juin 2016

Villa Cavrois

Pour des raisons professionnelles et de fusion des régions Picardie et Nord-Pas de Calais pour les conseils de l'ordre des architectes, j'ai eu l'occasion de visiter la villa Cavrois à Croix dans le Nord (près de Lille).
Villa commandée par de riches industriels du Nord, les Cavrois, en 1929 à l'architecte Robert Mallet Stevens.
Tombée dans l'oubli, très dégradée, elle est devenue musée et après de lourds travaux a ouvert ses portes au public l'an dernier.
Je n'y étais pas encore allé. Vraiment un magnifique témoignage de cette architecture des années 30.
C'est un but de promenade pour qui veut découvrir notre nouvelle grande région.
La villa Cavrois plus un tour à la Piscine de Roubaix (un musée magnifique) et vous aurez passé une belle journée

C1

C2

C3

Posté par BELLIERE à 09:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2016

législatives suite

Ainsi, à droite, se positionneraient dans notre circonscription un actuel et un ancien conseiller régional et Isabelle Vasseur.
Autant, j'ai pensé qu'Isabelle Vasseur venait perturber le paysage politique cotterézien (ce qui s'est d'ailleurs produit, ajoutant des blessures à des blessures, ce qui a plombé la droite pour au moins 2 mandats, mais passons), autant, je pense qu'elle est légitime à choisir de se représenter.
Elle avait beaucoup travaillé sa première campagne et avait été élue.
Elle a été une parlementaire bosseuse. Elle en a oublié certainement de sillonner sa circonscription ... et a été battue.
Elle reste amère, et ses propos vis-à-vis de Michel Laviolette en témoignent.
Il faut maintenant qu'elle laisse cela derrière. C'est dit, bien dit, mais il lui faut avancer.
Car aujourd'hui, il lui faut prouver qu'elle est meilleure candidate que les autres prétendants déclarés et à se déclarer.

Posté par BELLIERE à 19:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 juin 2016

législatives

La mise en place de primaires pour les présidentielles a libèré la parole des candidats.
Avant, les postulants avançaient très prudemment qu'ils pourraient, le cas échéant et sous la forte pression de leurs amis, être candidat.
Par peur d'éventuelles, mais très probables représailles de leur parti s'ils n'étaient pas des candidats de 1er rang capable de remporter l'investiture.
Mais ces 1ers rangs affrontaient ce risque sachant que leur notoriété leur permettrait de rebondir.
La gauche a connu la première l'ivresse des primaires, mais elle était habituée aux courants et aux empoignades.
La suite montre cependant que le vainqueur des primaires en est sorti fragilisé car marqué à la culotte par les anciens postulants.
S'y ajoute sa capacité naturelle à attendre que ça s'arrange tout seul.
A droite, où le débat n'était pas dans les habitudes et où les représailles pouvaient être féroces, cette idée de primaires a libéré la parole et fait disparaître les peurs.
Candidats de 1er rang, de 2ème rang et même de rang très reculé (j'ai entendu Mme Alliot-Marie évoquer une candidature !) se pressent.
Quoi de plus légitime que de se mettre en avant, puis le moment venu se rallier au vainqueur et espérer un maroquin ?
La fièvre gagne maintenant les candidats aux législatives.
On va se régaler.


Posté par BELLIERE à 08:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juin 2016

Orthographe

L'orthographe est de plus en plus malmenée.
Nombreux sont ceux ou celles qui ne se donnent même plus la peine de vérifier ce qu'ils écrivent.
Avec des résultats surprenants parfois.
Parfois drôles.
Il suffit de lire les petits messages affichés dans les magasins par exemple.
Ci-dessous, c'est un libellé d'autorisation administrative pour un ravalement (à Villers-Cotterêts).
Allons nous découvrir une façade-miroir ?

Refl

 P.S. J'avais oublié le "e" à la fin de malmenée. Un lecteur me le fait remarquer : l'arroseur arrosé.

Et pourtant il n'y a aucune hésitation à avoir. On dit une mauvaise orthographe et non un mauvais orthographe. 
Pour se raccrocher aux branches on qualifie cela de faute d'inattention. 

Posté par BELLIERE à 14:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juin 2016

Nouveau

Les camions d'une marque pétrolière connue livre ces jours-ci avec des camions "neutres" sans indication de marque.
Pour passer les barrages cégétistes ?

Etonnant, pas vrai ?

20160603_080131

Posté par BELLIERE à 16:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juin 2016

A quoi bon !

A quoi bon ces lois ou règlements qui sont inappliqués, voire inapplicables ?

Un petit exemple.
Il a été annoncé que maintenant, c'était du sérieux : contravention de 135 euros pour plus de cas de mauvais stationnement.
Dont, à Villers, devant la Poste.
Avant-hier, il y avait même un embouteillage : et oui ! Un mini-bus avec remorque côté Poste, dans l'amorce du virage, 1 voiture devant, 1 derrière, et 1 autre stationnée à moitié sur la place. Ça bloquait sérieusement à cet endroit où 3 flux se croisent. Ça n'est pas exceptionnel, mais les automobilistes sont tranquilles car le poste de police est bien éloigné : dans les 100 mètres au moins.

Et le maire, encore plus loin (au moins 2 fois cette distance).

 

 

Posté par BELLIERE à 07:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]