Le blog de Renaud BELLIERE

22 septembre 2016

Charges : une plaie française

Je vous livre tel quel un article que m'a envoyé un ami.
Cet article a été publié dans le BIEN PUBLIC le 25 août dernier.
C'est clair et limpide.
Ah si nos candidats à la présidence utilisaient des exemples de ce type, ça nous réconcilierait avec la politique.
Expliquer que pour 100 € de salaire "tout compris" versé, on pourrait disposer de 50 € de pouvoir d'achat serait une mesure bien accueillie ... et susceptible de relancer l'économie française.
Et d'expliquer comment réduire les dépenses publiques de 11 €, toujours selon cet exemple.

ch

Posté par BELLIERE à 09:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2016

Pas de chance

Vous souvenez-vous de cette expression "comme une lettre à la Poste" ? 
Cela signifiait que cela aboutissait rapidement et sans problème.
Aujourd'hui, de réforme structurelle en réforme structurelle, il est possible que la Poste prépare bien ses préposés à faire passer l'examen du permis de conduire, mais pas forcément à distribuer le courrier en temps et en heure.

J'ai reçu samedi 17 septembre, un coupon de réduction pour participer au Super Loto. Date limite de validité : le 16, c'est-à-dire la veille du jour où je l'ai reçu.
Par honnêteté, je dois dire que la lettre avait quand même été postée tardivement : le 13.
Ajoutez les têtes pensantes de la Poste à celle de la Française des jeux (souvent sorties du même moule de la Haute administration française que le monde nous envie) et vous obtenez ce résultat nul qui a fait dépenser de l'argent pour rien à la Française des jeux.

Une telle malchance avec le Loto ne présageait de toute façon rien de bon.

loto

Posté par BELLIERE à 15:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2016

A vous de choisir

Magasin Carrefour Market samedi :
Je pèse un poivron vert :  184 g , 0,46 € sur la balance de gauche, 234 g , 0,58 € sur la balance de droite.
A vous de choisir. Je conserve bien évidemment les tickets au cas où quelqu'un voudrait contrôler.
A vous de choisir : quelle est la balance juste (s'il y en a une).
Parfois, Carrefour Market qui doute de l'honnêteté de ses clients vérifie en caisse le poids des fruits et légumes. 
Ils ont raison : à qui se fier ?

Posté par BELLIERE à 08:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2016

De la difficulté d'être maire

De nouveaux logements sont occupés depuis peu avenue de Compiègne.
Les appartements à rez-de-chaussée des immeubles n'ont pas accès au jardinet situé entre leur séjour et la rue, à l'inverse des logements indépendants.
Les locataires des logements ont souhaité s'isoler de la rue pour profiter de leur jardinet, voire pour ne pas être vus dans leur séjour, ce qui est compréhensible.
Ils ont posé des écrans sur la grille à barreaudage qui constituait la clôture sur rue.
Pas tous du même type, ni de la même couleur.
Vraisemblablement sans demander l'autorisation (nécessaire, en matière d'urbanisme, pour édifier une clôture).
C'est non conforme au plan local d'urbanisme, et inesthétique vue de la rue, et en entrée de ville.

rue Comp

Le maire doit donc faire démonter ces clôtures.

Il va donc se fâcher avec les locataires si il leur fait la demande directement.
Il fera vraisemblablement la demande à l'organisme propriétaire qui répercutera la demande aux locataires ... qui iront se plaindre à la mairie.
Et le reprocheront au maire.
La seule solution transactionnelle sera certainement que le propriétaire plante une haie vive derrière la grille. L'entretien devra suivre ...
Cerise sur le gâteau, les calculs thermiques tiennent compte maintenant des apports solaires. Les masques apportés par ces écrans ou une haie pourraient rendre faux le calcul théorique des apports solaires. Et vive les règlements.

Posté par BELLIERE à 15:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 septembre 2016

Le sport, il n'y a que cela !

Ce panneau n'est pas à Villers : il y a longtemps que l'ONF a fait disparaître le parcours de santé. Mais dans l'Aisne.
Il y a parfois intérêt à regarder avant de signer le "bon à tirer" avant fabrication.
Une amie me racontait qu'un panneau est ainsi libellé à l'entrée d'une plage bretonne : "interdit aux chiens et aux postes de radio, même tenus en laisse"

IMG_20160914_162127

Posté par BELLIERE à 11:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 septembre 2016

Vigipirate

Ne vous méprenez pas : il ne s'agit pas d'une critique, mais d'une simple remarque.

Marseille, il y a quelques semaines. Contrôle à l'entrée d'un vaste centre commercial donnant sur le port. Dans la poche gauche de mon short : mon portefeuille, mon appareil photo et mes lunettes : c'est gros et ça fait une bosse très visible. Je suis passé après que le vigile ait palpé ... ma veste.

Villers, forum des associations : j'arrive par la Cour du Manège. Tranquille; personne. Je ressors du forum par le passage de l'Eglise : 2 policiers filtraient l'entrée.

Villers, exposition Gar'Age : j'arrive par l'avenue du Rossignol. Tranquille, personne. Je ressors du forum par le marché couvert : 2 agents de sécurité étaient présents.

Ces lourdes, coûteuses mais inefficaces mesures ont empêché que l'exposition "Montmartre" puisse avoir lieu compte-tenu du coût de cette soi-disante sécurité. 
Evidemment, en cas de problème, le maire et les organisateurs diront qu'ils avaient pris des mesures appropriées, et l'Etat de dire qu'elles étaient insuffisantes dès que le tambour médiatique résonnera.

Ne vaut-il mieux pas, pour ces manifestations locales, laisser les gens libres de leur choix, et d'être chacun d'entre nous, vigilants.
Lors des dernières compétitions de foot-ball, ô combien plus risquées, des "fan zones" avaient été aménagées dans les grandes villes. Puissance de l'argent ?

Posté par BELLIERE à 08:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2016

Smartphone (ou téléphone cellulaire comme disaient les québécois)

On sait que c'est le nouveau joujou indispensable.
L'addiction est certaine, et attise la convoitise .
Dans les applications les plus récentes : le Pokemon qui permet d'éviter le monde qui nous entoure et de nous plonger dans un monde artificiel sur décor réel. Bon, d'accord, ça fait travailler les hôpitaux car les télescopages entre vrais humains ou vrais véhicules sont plus nombreux. 
La plus imbécile : le patch connecté que vous vous collez sur la peau à la plage et qui vous rappelle toutes les 2 h environ que vous devez remettre de la crème antisolaire. C'est écrit sur le tube et ça peut se lire au soleil, alors que sur l'écran de votre téléphone en plein soleil, essayez de lire l'alerte ... Bonus : vous avez un magnifique tatouage blanc en forme de coeur sur votre peau bronzée lorsque vous enlevez le patch.
Une rigolote : la fonction de questionnement oral : vous demandez à votre téléphone si vous êtes le plus beau, il vous répond oui. Ça amuse beaucoup les jeunes enfants car c'est vrai que c'est drôle. Mais de là à encombrer les réseaux et les serveurs quand on sait qu'internet consomme en électricité la production de plusieurs centrales nucléaires !
Etc, etc ...

Merci aux garants de la loi d'autoriser les réseaux sociaux à signaler l'emplacement des forces de police. Il y avait déjà Waze, Coyotte, ... mais cela ne nécessitait pas de manipulations au volant (ou très peu). Ce sera différent avec un pianotage pour accéder à un site.
Et si pratique pour les délinquants.

Je me demande bien à titre indicatif combien d'infractions pour téléphone au volant sont relevées à Villers par exemple, car chacun d'entre nous ne peut rester plus de 5 mn en ville sans voir un automobiliste pianoter ou pendu à son téléphone. Le délégué à la sécurité routière s'interrogeait sur les lois inapplicables ou inappliquées. Il y a de l'espoir : aujourd'hui très peu de gens roulant sans être attachés.
On verra en 2017 ce qu'il en sera pour les vitres teintées des véhicules.

Merci aux lecteurs qui ont retrouvé mon blog. Leur nombre avoisine à nouveau celui de l'an dernier lorsqu'il était régulièrement actif.

Posté par BELLIERE à 09:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 septembre 2016

Prudence - Ad'Ap et contrôle ERP

Les établissements recevant du public (bureaux, professions libérales, magasins ...) doivent depuis le 27 septembre de l'an dernier avoir déposé en préfecture un dossier (Ad'Ap) indiquant que leurs locaux sont accessibles aux personnes handicapées, ou, en cas d'impossibilité technique ou financière prouvée, précisant les mesures compensatoires.
Des sociétés relancent des établissements ces temps-ci, rappelant les lourdes sanctions financières et pénales encourues.
Sous une forme un peu officielle.

A la suite, une autre lettre (mais en y regardant de près, elle provient de la même société) vous propose de réaliser le dossier.
J'ai appelé cette société. 

Elle vous demande même votre date de naissance ? Étonnant non et sans rapport avec le sujet ?

ADAC

A la fin de la discussion, l'interlocuteur demande un règlement de 490 € HT par carte bancaire pour frais de dossier.
Ensuite, dit-il, un expert juridique prendra contact dans 3 semaines. Viendra-t'il, faudra-t'il repayer autre chose ?

Est-il besoin de préciser que ce dossier doit être établi par un homme de l'art (architecte, technicien ...) mais certainement pas par un expert juridique car il s'agit de décrire les moyens techniques d'accessibilité (des longueurs, des largeurs, des hauteurs, des pentes, des couleurs, des niveaux d'éclairement, de bruit ...), et éventuellement les dérogations demandées.

Je vous conseille simplement de bien vérifier ce que font les sociétés qui vous proposent de réaliser ces dossiers. 
Et de respecter cette prudence qui est de payer "service fait" et de ne jamais donner des références de cartes bancaires à des personnes jointes par téléphone, qui plus est sans facture.

On peut s'étonner qu'à Villers (mais ailleurs aussi) des établissements (des magasins par exemple, mais pas que ...) aient pu ouvrir en ne respectant pas ces obligations. Le maire étant le garant car c'est lui qui délivre le permis ou accepte la déclaration de travaux. Mais là n'était pas l'objet du billet d'aujourd'hui.

Posté par BELLIERE à 09:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 septembre 2016

Sécurité routière

Ça y est, le paquet est mis sur le téléphone. Enfin !
Je dis depuis des lustres que bon nombre d'accidents doivent lui être imputables. J'ai souvent demandé que l'Union qui relatait des "accidents en pleine ligne droite pour une raison inexpliquée" communique les résultats de l'enquête. Je crois me souvenir qu'un conseiller général était mort dans ces circonstances.
Aujourd'hui, ce n'est même plus le téléphone qui pose problème, mais le smartphone et les messages que lisent ou rédigent les automobilistes.
Le kit main-libre n'est d'aucune utilité pour cela (je sais certaines fonctions permettent de dicter et d'écouter des messages).
Une campagne de prévention, avec plein de sang est peut-être une bonne mesure de prévention, mais pour quiconque roule un peu, combien de comportements dangereux constatons-nous quotidiennement - avec un conducteur mains et yeux sur le clavier ?
Pour lutter contre ce qui devient un fléau, la répression s'impose. Y compris à Villers intra-muros. Mais la police y veille, n'en doutons pas.

Posté par BELLIERE à 15:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2016

C'est la rentrée

Coucou.

C'est donc aujourd'hui la principale rentrée : celles écoles.
Branle-bas le combat sécuritaire. Normal d'être attentif et vigilant en cette période où des fous sévissent. Avec la difficulté de prévoir un acte de folie.
Mais évidemment si vous ajoutez la proximité d'une présidentielle, des énarques et quelques fonctionnaires fonctionnant (c'est-à-dire recherchant la tranquillité), vous obtenez un cocktail explosif (bon d'accord le mot n'est pas le mieux choisi en ce moment).
Les enseignants sont donc priés d'être vigiles, puis si un terroriste arrive, un peu GIGN. 
En français normal, on disait "être attentif", et c'est ce que faisait naturellement nos enseignants. La refondation de la société en demande plus : il faut donc normaliser, légiférer, montrer que l'Etat est là.
Cet Etat, toujours généreux lorsqu'il ne paye pas et ignore les difficultés de terrain, a émis l'idée que les directeurs d'établissements scolaires auraient un "bip" (payé par la commune) pour avertir en cas d'attaque.
Ce n'est pas idiot, ça peut même servir en cas d'autres problèmes.
Mais tout cela se fait à la va-vite comme trop souvent.

Sinon, j'ai beaucoup apprécié l'énergie verbale dépensée par certains au sujet du burkini.
Je suis un peu inquiet, car je reste souvent en tee-shirt à manches longues et serviette les rares fois où je mets les pieds sur une plage, non pas pour éviter les regards envieux que suscite mon agréable anatomie, mais parce que je déteste les coups de soleil.

Cette énergie dépensée les a vraisemblablement épuisés car je n'ai pas entendu un mot au sujet des scandaleux mouvements de protestation de la CGT. En effet, il y a crime de lèse-majesté : les actes de violence ne seraient plus acceptés.
Ça vaut quand même le coup de gêner une fois de plus Air France (que j'évite maintenant de prendre de peur de rester au sol) ou de paralyser totalement le port du Havre.
Vous me direz que ça a payé : les "supposés violents" sont relâchés.
Allons-y les copains, tapons sur les forces de l'Ordre ou sur toute personne dépositaire de l'autorité, c'est distrayant et il n'y a pas grand risque.

Posté par BELLIERE à 16:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]