Le blog de Renaud BELLIERE

12 septembre 2018

Vroum vroum

Les dimanches ensoleillés incitent à découvrir de beaux lieux.
Mais de nombreux motards ont cette même bonne idée.
Pourquoi, beaucoup d'entre eux prennent-ils plaisir à démarrer leur moto en donnant de gros coups d'accélérateurs bien avant de les enfourcher ?
Toujours garés au plus près des terrasses, ils nous offrent le bruit et les odeurs (comme disait Chirac dans un autre temps).
Mais il y a pire : les motos hyper bruyantes dont les fiers cavaliers tiennent à faire rugir la mécanique.
On annonce une possible faillite de Harley Davidson, reine du bruit : un bien pour nos oreilles ?

Posté par BELLIERE à 07:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 septembre 2018

Le 11 septembre, la statue d'A. Dumas ... et le château

Le 11 septembre 2001, j'étais à l'Elysée avec Renaud DUTREIL pour rencontrer le conseiller culturel de J. Chirac.
C'est là qu'ont été décidées et actées 2 décisions : celle de refaire une nouvelle statue d'Alexandre Dumas, et celle de faire faire une étude par les services de l'état pour la réhabilitation du château François 1er.
En sortant, nous avons vu les premières images de la première tour sur le téléviseur du poste de garde de l'Elysée.
Quant à la statue, elle est bien là.
Et pour le château, mon successeur n'a pas relancé les services de l'état, qui, il faut bien le dire, ne s'étaient pas montrés très diligents. Mais finalement, le dossier semble bien reparti. 

Posté par BELLIERE à 08:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 septembre 2018

Communication

La communication, pratiquement érigée au rang de beaux arts par les gouvernants, publicitaires et industriels doit être analysée à l'aune du regard critique.
En cette période de rentrée scolaire, on ne peut qu'encourager les enseignants à développer ce regard critique chez leurs élèves.
C'est aussi le rôle des parents, mais sur ce point, l'égalité n'est plus de mise.
Un exemple simple de pure communication : je le puise chez Côte d'Or.
Il y a quelques années la tablette est passée de 200 à 180 g emballée dans un paquet de même dimension au graphisme légèrement modifié : pas de communication.
Dernièrement, la composition du chocolat aux noisettes a changé. Avec un message bien lisible "encore plus de noisettes". Et si on lisait "encore moins de chocolat" ?
Il est toujours bon de retourner le sens des phrases ça aide à mieux comprendre, et à débusquer les promesses gratuites voire idiotes.
Un candidat vous dira "je restaurerai la confiance". Retournez la phrase "je détruirai la confiance" : idiot, non ? C'est donc une phrase inutile.
Essayez cet exercice, c'est très drôle. 

Posté par BELLIERE à 08:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]

31 août 2018

de retour

De retour d'un pays lointain et où la misère est très répandue.
On ne mesure pas cette chance que nous avons de pouvoir disposer d'un toit, d'un système de santé performant, d'être instruit, de pouvoir se nourrir.
Ce confort doit nous endormir car lorsque j'ai branché mon téléviseur, passait un reportage sur les métiers qui recrutent et qui ne trouvent pas de candidats. Un restaurateur disait qu'il allait devoir fermer son établissement qui fonctionnait bien, faute de pouvoir trouver du personnel..
J'entends souvent les mêmes réflexions dans mon métier "du bâtiment".
Encore que ce secteur compense en faisant largement appel aux travailleurs détachés.
Je crains que la politique actuelle et les lois qui arrivent concernant les marchés publics ne favorisent le recours encore plus massif au travail détaché pour proposer les prix les plus bas.
Prix que les acheteurs publics sont souvent incapables d'analyser faute de connaissance des mécanismes de calcul d'un prix.

La course entamée par le gouvernement entre la baisse des aides sociales pour obliger les demandeurs d'emploi à accepter un travail, et le coût du travail détaché tiré vers le bas, va de façon certaine, accroître la pauvreté des travailleurs peu qualifiés.
La concurrence, dogme de l'Europe, n'est plus (l'a t'elle été ?) juste, sincère et équilibrée.
La politique actuelle, en accentuant toujours ce mal français de parier sur les grands groupes franco-internationaux au détriment des PME et TPE nationales accélère cette dégradation du travail de proximité qui reste la garantie d'un équilibre social et économique local.
Tout le contraire de l'Allemagne.

Posté par BELLIERE à 10:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2018

Voisinage

Etre en bon terme avec ses voisins est un luxe de vie qu'il ne faut pas négliger.
Dans ma pratique professionnelle ou élective pendant un temps, j'ai pu mesurer combien la vie pouvait être gâchée faute d'une bonne entente.
Arrive un moment pour certains où la seule issue est de déménager. Lorsqu'on est extérieur au conflit, on trouve cela dérisoire, car un effort souvent minime peut apaiser les conflits.
Je me souviens de haines nées de la voiture du voisin qui stationnait devant l'emprise du terrain, de chiens qui aboient, etc ...

Voici un exemple préventif (à moins qu'il ne soit déjà agressif)

bornage

Posté par BELLIERE à 15:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 août 2018

Un peu découragé

La difficulté à me reconnecter sur Canalblog m'avait fait oublier ce blog. Puis à y réfléchir.
Étonnamment, des lecteurs restent fidèles malgré mon silence.
Je me suis quand même posé la question de savoir si mes réflexions avaient un intérêt. Pour moi oui, mais pour les autres ?
Et puis, je me suis rendu compte que mes rubriques étaient un peu pessimistes : on ne parle effectivement jamais des trains qui arrivent à l'heure.
Vous me direz que vu le bon fonctionnement de la SNCF, on va bientôt parler des trains qui arrivent à l'heure : ce sera un évènement.
Alors pour un peu de gaieté, voici un artisan provençal qui a le moral : rien ne l'arrête. Attention cependant : à courir 2 lièvres ... 
Peut-être vaut-il mieux se limiter à 2 ou 3 spécialités : il y a tant de règles, règlements à connaître pour chaque corps d'état.

ToutFaire

 

Posté par BELLIERE à 14:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 août 2018

ADAP

Que de courrier à ce sujet.
J'avais dénoncé une société qui "vendait" de l'ADAP par correspondance. Leur avocat m'a menacé à plusieurs reprises de représailles.
Depuis, j'ai lu récemment que le gouvernement allait s'occuper (enfin !) de cette question.
A nouveau, je vous conseille d'aller voir une personne physique (architecte, maître d'oeuvre ...) qui viendra voir vos locaux et vous expliquer quoi faire. Souvent peu de chose, et parfois l'occasion d'améliorer non seulement l'accès, mais aussi la fonctionnalité.
S'il ne s'agit que de remplir un formulaire, pas besoin d'une officine sur internet qui, en final, vous laisse la responsabilité de vos déclarations.

P.S. j'ai longtemps été absent sur ce blog. 
A cause des nouvelles sécurité sur internet. Le temps que je comprenne comment débloquer la situation et accéder à mon compte Canalblog

Posté par BELLIERE à 15:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mai 2018

Maire et vélo

Ainsi donc, un maire va effectuer ses déplacements en vélo dans "sa" ville.
Bravo. C'est bon pour le climat et bon pour la santé. En plus, compte-tenu des difficultés fréquentes pour stationner en ville, c'est aussi, voire plus, rapide. Et on voit mieux la ville en vélo.
Ce qui m'interpelle et m'a toujours interpellé, pourquoi faire payer un vélo d'élu par les contribuables ? 
Pour ma part, j'ai toujours considéré que le maire recevant une indemnité (ça vaut pour tous les élus indemnisés), celle-ci devait lui permettre de faire face à ses frais. Souvenez-vous de la fameuse histoire du bureau de M. Pruski. J'avais choisi un bureau qui me convenait plus que celui qui était en place. Je l'ai payé, puis repris à la fin de mon mandat. L'ancien bureau devait se trouver encore aux services techniques. Quant à mon vélo, c'était le mien depuis belle lurette. Cette indifférence de l'argent public est toujours inquiétante. Notre député ne vient-il pas de déclarer que le coût de restauration du château François 1er ne coûtera rien aux contribuables locaux car c'est l'Etat qui finance ? Et pourtant chaque année, le Parlement vote le budget et donc l'impôt que les habitants de notre région paye aussi.

Posté par BELLIERE à 15:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 mai 2018

Santé et urgences

Proposition merveilleuse : que les généralistes réservent une journée de libre accès à leur cabinet pour éviter que les services d'urgence soient encombrés.
C'est tout simplement ce qui se faisait et qui continue à se faire chez beaucoup de médecins qui ont des consultations sans rendez-vous.
C'est impossible chez les spécialistes chez qui les délais atteignent souvent plusieurs mois.
En dehors du fait que des crânes d'oeufs ont créé un numerus clausus très restrictif, estimant que réduire le nombre de médecins réduirait les dépenses de la sécu, de plus en plus de jeunes diplômés préfèrent le salariat hospitalier et exercer une spécialité.
Il faut dire que le rôle du généraliste a été de moins en moins reconnu, de plus en plus réduit et que des contrôles tatillons en ont épuisés plus d'un.
Les patients ont également délaissé le généraliste, préférant le grand spécialiste. Sauf pour demander un arrêt maladie.
Le généraliste, vraisemblablement lassé des plaintes ne recoud plus, ne plâtre plus : c'est l'affaire du spécialiste ou de l'hôpital.
Les gouvernants ont bien aidé à ce problème médical, mais nous patients, en portons aussi une grande part de responsabilité.
Phénomène de société, la confiance n'est plus de mise. Ni envers son médecin, ni envers son boucher, ni envers personne.
On croise les informations, on fonce chez le spécialiste. 
Comparaison n'est pas raison : mais le magasin indépendant qui vendait et réparait notre lave-linge ou notre téléviseur a fermé au profit de "spécialistes" (DARTY, FNAC, CONFORAMA, BUT ...). Vous trouvez des spécialistes en vente certes, mais des conseillers ? J'ai découvert hier que DARTY promouvait des contrats ENGIE !!!

Posté par BELLIERE à 10:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mai 2018

Il n'y a pas de petit profit

VEOLIA remplace de nombreux compteurs d'eau à Villers-Cotterêts (et ailleurs vraisemblablement).
Une réflexion:
l'index lu sur le nouveau compteur (et indiqué sur la fiche d'intervention) est 460,708 m3.
Le courrier officiel qui suit indique que le calcul de consommation se fera sur l'index relevé : 460 m3.
Normal me direz-vous, il ne faut indiquer que les 3 premiers chiffres (ceux des m3) sur les relevés.

Mais cela signifie que les 0,708 m3 seront facturés à l'abonné, bien que non consommés.
Cela représente peu, mais multiplié par le nombre de compteurs, c'est un bonus pour VEOLIA.
Statistiquement, il aurait fallu que VEOLIA arrondisse au chiffre inférieur jusqu'à 0,5 et au chiffre supérieur au-delà pour être à peu près équitable.
Le surcoût maximum pour les abonnés qui "bénéficieraient" de l'arrondi supérieur serait au maximum de 0,5 m3 et non de 0,99 m3  (0,708 m3 dans mon exemple)  comme cela peut être le cas avec le calcul  retenu par VEOLIA.
Il n'y a pas de petit profit pour une grande société.

Posté par BELLIERE à 11:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]