Le blog de Renaud BELLIERE

03 juillet 2017

Tweet

Présenter ses condoléances par tweet me paraît très grossier et déplacé. Pourquoi E. Macron s'est-il plié à cela lors du décès de Simone Veil.
Cette femme mérite largement de rejoindre les grands hommes (*) pour ses engagements, sa vie de courage, ses réussites.
Mais je reste toujours mesuré devant les réactions à chaud. Par principe.

(*) pour les plus ignorants d'entre nous, il est inscrit sur le fronton du Pantheon : aux grands hommes, la patrie reconnaissante"

Posté par BELLIERE à 09:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juin 2017

Faudra qu'on m'explique

L'accessibilité des lieux publics, des lieux recevant du public et des logements (sous condition) est une obligation.
Il es tpossible d'y déroger en tout ou partie pour les locaux existants si la preuve technique ou financière est rapportée, sur la base d'un dossier étayé et précis, analysé par une commission.
Je n'arrive donc pas à comprendre comment certains commerces qui peuvent techniquement être rendus accessibles, à faible coût, obtiennent les autorisations d'ouverture. A Villers comme ailleurs.
Décidément que de lois restent inappliquées.

Posté par BELLIERE à 08:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2017

Stop

Stop au jeu de massacre.
Les affaires, de natures différentes empoisonnent au strict sens du terme la vie démocratique.
Qu'une différence soit faite entre les personnes qui s'enrichissent personnellement par des pratiques malhonnêtes et les fautes avant tout morales.
Et pourquoi pas, comme cela a déjà eu lieu, amnistier ce qui relève de faits communément pratiqués et devenus inacceptables aujourd'hui ?

Ce jeu de massacre rend le climat politique délétère. L'abstention en est une des conséquences. Des élus intelligents, utiles pour notre pays en font les frais. Dommage.
A lire les commentaires dans la presse (sachant qu'elle publie ce qu'elle veut publier, et que ça ne reflète pas forcément la stricte réalité), beaucoup d'abstentionnistes se justifieraient par :

manque de temps : dans "mon" bureau de vote, j'ai chronométré : 2 minutes en moyenne entre l'entrée et la sortie du bureau
les jeux sont faits : combien de voix d'écart entre Manuel Valls et son concurrent ? combien de vois d'écart à Villers entre les 2 candidats en tête au premier tour ?
Macron est élu : d'accord, mais c'est le gouvernement, validé par le parlement qui gouverne. La cohabitation vous vous souvenez ?
Ça ne change rien : abonnés d'EDF, vous venez de recevoir un rappel sur votre facture d'électricité suite à une bien mauvaise décision de S. Royale. Retraités, vous verrez le taux de CSG grimper, et on ne sait encore rien des taxes d'habitation

On nous a beaucoup parlé des intentions de vote vue par les internautes : peut-être, mais la seule chose qui compte, c'est un bulletin dans l'urne.

Et si on invalidait tous les députés dans les circonscriptions où l'abstention a dépassé 50 %. Dommage pour les candidats et celles et ceux qui ont voté, mais quel électrochoc !

Enfin, que tous ceux qui n'ont pas voté, aient la gentillesse de se taire pendant 6 ans

Posté par BELLIERE à 09:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juin 2017

Ouf !

Voici 3 semaines que j'étais la tête dans le guidon sur un dossier aussi long que compliqué.
J'ai donc vu passer la campagne législative sans trop m'y intéresser.
Lorsque je vois régionalement les résultats, je me demande quand même comment la France va fonctionner.
Que va faire, s'il était élu, un Nicolas Dumont, maire d'Abbeville, que j'ai côtoyé au conseil régional, caricature du socialiste sectaire et arrogant (monopole du coeur, et forcément raison), professionnel de la politique  et aujourd'hui en marche ?
Quel rapport avec Jacques Krabal ou d'autres marcheurs, quel rapport avec Bruno Lemaire ?
Je souhaite beaucoup de courage aux futurs gouvernants pour faire passer quelques réformes. Peut-être faudrait-il déjà résister aux mouvements de rue. (hé hé, dissoudre la CGT ?).
Et bon courage au futur président du groupe En Marche à l'assemblée.

Sinon, mon petit fils s'est demandé pourquoi on pouvait voter pour un chat (vous savez cette affiche d'un parti animalier qui avait mis la photo d'un chat sur leurs affiches.
D'habitude, on disait mettez un âne et badgez le du nom du parti qui a le vent en poupe et il sera élu.
Peut-être que cette fois-ci, pour rénover la vie politique, les candidats d'en Marche aurait pu mettre la photo d'un godillot ?
Allez, nous vivons une époque formidable?

 

Posté par BELLIERE à 09:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mai 2017

Recomposition

Recomposition du paysage politique ?
Oui certainement, mais comment ?
La démocratie façon 5ème République a bien fonctionné tant que la majorité suivait le président, ou qu'une autre majorité homogène permettait une cohabitation pas trop paralysante.
Le risque aujourd'hui n'est pas que le président soit un ancien banquier (Pompidou l'était, a -t'il tué le pays ?) ou ait été conseiller de la présidence puis ministre (c'est d'ailleurs sa seule expérience gouvernementale), mais qu'il n'obtienne pas de majorité.
On en reviendrait au parlementarisme dévastateur de la 4ème République.
Ceci avait certainement été la cause de l'échec de F. Bayrou dont on disait qu'il ne réunirait pas une majorité. Ça n'a pas pesé cette fois-ci.
Je suis démocrate : les électeurs ont choisi; ceux qui n'ont pas voté n'ont qu'à, le cas échéant, ne s'en prendre qu'à eux. 
D'une façon ou d'une autre, je souhaite de tout coeur qu'une majorité se dessine et prenne des décisions.
Il y a trop longtemps que rien ne bouge vraiment et que la France voit les trains passer.
Pour ma part, je voterai au premier tour pour le candidat (il semble qu'il n'y aurait que des hommes dans la 5ème circonscription) qui portera le projet que je pense le meilleur pour notre pays et nos enfants, et au second tour, pour le candidat (extrèmes exclus) qui fera partie du mouvement majoritaire.
Car à mon sens, mieux vaut l'application d'un projet que l'immobilité.

Posté par BELLIERE à 11:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mai 2017

L'Aisne it's ...

Vous vous souvenez de cette campagne de pub, pardon de communication ?
L'Aisne it's open.
Le souci est que nous maîtrisons mal la langue anglaise.

C'est devenu l'Aisne it's FN.

Sauf à Villers, où E. Macron a viré en tête.

Posté par BELLIERE à 08:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 mai 2017

La France apaisée

N'est-ce pas le thème d'une affiche de M. LePen ?
Ce n'est pas l'ambiance actuelle.
J'ai censuré tous les messages sde sympathie ou d'antipathie arrivés à la suite de mon blog d'hier.
Une priorité dimanche : voter.
Bon week-end et à lundi avec un nouveau président élu.
J'aimerais être petite souris lors de la passation de pouvoir à l'Elysée

 

Posté par BELLIERE à 17:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mai 2017

Et maintenant, on sait.

Mais, c'est pas possible ! Je plains très sincèrement les élus FN qui ont eu hier à subir la prestation de leur chef.
Je ne souscrit pas à la vision que peut avoir E. Macron pour la France, mais il a au moins la stature et l'intelligence qu'on attend d''un gouvernant. 
Imaginez-vous 2 secondes M. Le Pen présidente ? Sans majorité donc "en cohabitation" (le risque vaut également pour E. Macron). Mais surtout sans programme, de mauvaise foi, se trompant dans ses dossiers, et sans aucune tenue.
Pour moi, les 3 séquences les plus drôles de la pièce de théâtre d'hier soir étaient :
les ténébreuses explications sur l'euro-écu, et l'enrichissement qu'on en attendrait,
l'erreur (ou la méconnaissance) du dossier des rachats industriels,
et la séquence libre : je n'ai rien préparé ...

Je pense être objectif en disant que, comme d'habitude, le programme FN s'est résumé à dénoncer ce qui n'allait pas ... et de ne rien proposer de crédible.
Un seul exemple : le renvoi des fichés S. M. LePen a commencé sa vie professionnelle comme avocate et a défendu des sans-papiers étrangers pour leur éviter le renvoi (Marine est au courant de tout, livre écrit par les journalistes Marine Turchi et Mathias Destal (à priori sans plainte du FN).
Elle doit donc bien savoir que c'est bien compliqué, en droit, et dans les faits.

Posté par BELLIERE à 09:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 avril 2017

Et maintenant ...

Je pense que chacun, lors du choix du candidat s'est posé la question de l'application de son programme. Hum ?
C'est-à-dire du 1er ministre qu'il choisira (du moins sa tendance), et de la majorité parlementaire qui le soutiendra.
Une des causes de l'échec de F. Bayrou en 2007 a été qu'on doutait qu'il puisse réunir une majorité pour gouverner.
Cette fois-ci, ce sujet a été occulté, mais notre constitution n'a pas changée.
Il paraît douteux qu'un des 2 candidats en lice puisse obtenir une majorité parlementaire sous son seul nom.
Donc, pas de problème question programme, ce ne sont aujourd'hui que de belles paroles. 
Pour ma part, compte-tenu de ces programmes, je m'en réjouis.
Le problème des primaires est qu'elles obligent les candidats à caricaturer les choses, et qu'elles divisent des sympathisants qui ont ensuite du mal à se réconcilier. Ça s'est révélé vrai à droite, et totalement destructeur à gauche.

Posté par BELLIERE à 10:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2017

Vote

Je me permets un petit conseil au cas où vous ne voudriez pas voter Fillon et préféreriez voter blanc ou vous abstenir : choisissez Jean Lassalle.
Il ne s'est engagé sur rien, il est généreux, désireux du bien de tous. A la réflexion, il est le seul qui ne pourra décevoir personne. Je l'ai connu au MoDem, c'est vraiment un type bien.

Sinon, demandez-vous avec qui gouvernera l'homme nouveau providentiel ni de droite, ni de gauche, ni du centre (en fait de lui-même) et qui refuse tous les gens d'expérience

Et pour être totalement informé, achetez et lisez cet ouvrage (pas cher) : "Marine est au courant de tout...Argent secret, financements et hommes de l'ombre : une enquête sur Marine Le Pen par Mathias Destal et Marine Turchi Edifiant

Posté par BELLIERE à 09:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]